Introduction de Jean-Hervé Lorenzi, Titulaire de la Chaire TDTE

Convergence-Retraites-12.jpg#asset:356354


En premier lieu, je tiens à remercier Madame Monique Durand, Présidente de la Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens, qui a collaboré à l'organisation de cette conférence, ainsi que toutes les personnes qui ont accepté de s’exprimer dans le cadre de cette soirée dédiée à la question de la convergence des systèmes de retraite.

François-Xavier Albouy, Directeur de recherche de la Chaire, Alain Villemeur, Directeur scientifique et votre serviteur, avons produit un nouveau livre qui sera très prochainement publié. L’ouvrage, dont le titre est L'erreur de Faust, essai sur la société du vieillissement, possède à mes yeux une facture qui lui est propre. Notre point de départ se réfère à la rupture que constitue la durée passée à la retraite relativement à la durée consacrée à l'activité professionnelle. On estime que dans un avenir proche un tiers de la population française passera un tiers de sa vie à la retraite.

Face à cette évolution considérable, il est pertinent de s’interroger sur l'organisation de notre société, sur les règles qui la fondent et sur la manière dont les pouvoirs s’agencent. L'interrogation posée dans notre essai excède les motifs traditionnels de l'équité intergénérationnelle ou de la santé des seniors, autant de sujets habituellement traités en silo.

Des thèmes comme la budgétisation des retraites, le souci de soi, le bien vieillir sont appréhendés dans notre publication de manière transversale et non verticale. Ce parti pris appelait une méthode : nous avons choisi l'analyse multifactorielle qui permet de décrire un système à partir d'un certain nombre de variables et de caractériser les facteurs fondamentaux de variation.

Des enseignements de l'analyse développée au fil des différents chapitres du livre méritent d'être d'ores et déjà évoqués. Ainsi, la cartographie des Caisses de retraite fera l’objet de la présentation qui va suivre. Notre ouvrage explore également le sujet qui sera traité dans la seconde table ronde : l’épargne retraite peut-elle être un facilitateur ? Nous nous félicitons de pouvoir débattre de ces sujets auprès de personnalités aussi éminentes que celles présentes ce soir.